Skip to main content

Corée du Nord : 10 millions de personnes font face à une pénurie alimentaire imminente

Photo: WFP/James Belgrave
Des agriculteurs s'affairent à la préparation des terres pour la culture du maïs dans le comté de Sinchon. Photo: WFP/James Belgrave
Dans un rapport, l'ONU constate avec inquiétude que la consommation alimentaire est faible et que la diversité alimentaire est limitée. Les familles sont ainsi obligées de réduire leurs repas ou leur quantité de nourriture.

3 mai 2019, PYONGYANG/ROME - Une évaluation des Nations Unies sur la sécurité alimentaire en République populaire démocratique de Corée (RPDC) a révélé qu’à la suite de la pire récolte depuis 10 ans, notamment causée par des sécheresses, des vagues de chaleur et des inondations, environ 10,1 millions de personnes souffrent de graves pénuries alimentaires.

La production vivrière totale de 2018-2019 est estimée à 4,9 millions de tonnes, soit le niveau le plus bas depuis la saison de 2008-2009. Outre les conditions climatiques défavorables, l'approvisionnement limité en intrants agricoles tels que le carburant, les engrais et les pièces détachées, a également eu une incidence fortement défavorable.

L'évaluation, fondée sur les missions de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM) effectuées dans le pays le mois dernier et en novembre 2018, a conclu que la réduction des récoltes, associée à l'augmentation des pertes après récolte, a conduit à un déficit alimentaire non couvert de 1,36 million de tonnes après examen des capacités d'importation commerciale du pays.

Le rapport fait état de niveaux de consommation alimentaire inquiétants, d'une diversité alimentaire limitée et de familles forcées de réduire leurs repas ou de manger moins.

De plus, le rapport met en avant de sérieuses préoccupations au sujet du manque de diversité alimentaire, un facteur vital pour une bonne nutrition. La situation est particulièrement préoccupante pour les jeunes enfants et les femmes enceintes et allaitantes, qui sont les plus vulnérables à la malnutrition.

L'évaluation a révélé que le système public de distribution du gouvernement, sur lequel une grande partie de la population compte, a été forcé de réduire les rations au niveau le plus bas jamais atteint pour cette période de l'année. On craint qu'en l'absence d'une aide extérieure substantielle, les rations ne soient encore réduites pendant la période critique de juin-octobre, au plus fort de la période de soudure.

« De nombreuses familles survivent grâce à un régime monotone de riz et de kimchi la majeure partie de l'année, mangeant très peu de protéines », a déclaré Nicolas Bidault, codirecteur de la mission et conseiller principal du PAM pour l'analyse et la cartographie de la vulnérabilité régionale (VAM). « C’est inquiétant car de nombreuses communautés sont déjà extrêmement vulnérables. Chaque nouvelle réduction des rations alimentaires, déjà minimes, pourrait les plonger dans une crise de la faim », a-t-il ajouté.

 

« Nous sommes préoccupés par les cultures de blé, d'orge et de pommes de terre de cette année. Bien qu’elles ne représentent qu’environ 10% de la production totale, ces récoltes joueront un rôle important dans la satisfaction des besoins alimentaires des ménages lors de la prochaine saison, » a déclaré Mario Zappacosta, économiste principal de la FAO et co-chef de la mission. « Notre évaluation montre que la réduction des pluies et l'absence de couverture neigeuse pendant l'hiver, ont exposé les cultures à des températures glaciales, et ont ainsi réduit la production d'environ 20% », a-t-il ajouté.

Cette évaluation recommande d’accroitre l'aide alimentaire afin de répondre aux besoins immédiats, et encourage également à établir des priorités dans les domaines où les besoins alimentaires sont les plus importants, et où les impacts climatiques sont les plus graves. Par ailleurs, ces recommandations incluent également l’élargissement des programmes de nutrition et des mesures de réduction des risques de catastrophe afin de permettre aux communautés à risque de mieux faire face aux chocs futurs.

L'évaluation recommande également une série de mesures pour stimuler la production agricole, notamment l'importation d'engrais et d'autres produits chimiques agricoles, de pompes à eau, de serres et de semences de légumes, ainsi que la modernisation du matériel de séchage des céréales, des batteuses et des installations de stockage afin de réduire les pertes après récolte.

L'action du PAM en RPDC est axée sur l’apport d'une aide nutritionnelle à près de 770 000 femmes et enfants souffrant de malnutrition dans neuf provinces. Ils reçoivent des céréales et des biscuits nutritifs enrichis de micronutriments, de matières grasses et de protéines, tous essentiels à une croissance saine. Cette aide est acheminée par l'intermédiaire de crèches, d'hôpitaux et d'institutions pour enfants.

« Notre programme d'aliments enrichis spécialement conçus a permis de combler d’importantes lacunes nutritionnelles chez les jeunes enfants et les femmes enceintes et allaitantes à un moment crucial de leur vie », a déclaré Praveen Agrawal, Directeur de pays du PAM en RPDC. « Nous devons veiller à ce que ces gains sur le plan de la nutrition ne soient pas annulés.  Nous devons veiller à préserver ces gains sur le plan nutritionnel. Soutenir ce groupe vulnérable doit être notre priorité absolue », a-t-il ajouté.

Le travail de la FAO en RPDC fournit un appui à plus de 500 000 agriculteurs coopératifs, grâce à la distribution d'intrants de production vitaux pour la production agricole. Plus important encore, il introduit des techniques et des technologies telles que l'agriculture de conservation et l'intensification durable de la riziculture, mais aussi des pratiques agricoles résistantes au climat telles que l'agroforesterie, l'agroécologie et l'intégration des cultures et du bétail. Cela permet d’améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs et de renforcer leur résistance aux changements climatiques.

« Grâce à son assistance, la FAO soutient des approches de production alimentaire sensibles à la nutrition, et promeut la diversification alimentaire pour faire face à la situation actuelle de la sécurité alimentaire et nutritionnelle », a déclaré Vincent Martin, Représentant de la FAO en Chine et en République populaire démocratique de Corée.

La mission d'évaluation rapide de la sécurité alimentaire menée par la FAO et le PAM s'est portée sur plusieurs comtés du pays en avril 2019 afin d’y évaluer la situation en matière de sécurité alimentaire, ainsi que dans d'autres pays visités par le PAM en novembre 2018. Les équipes ont eu accès à divers endroits, y compris des fermes coopératives, des ménages ruraux et urbains, des pépinières, des centres de distribution publics, et ont pu échanger avec les ménages, les agriculteurs, les responsables gouvernementaux et les partenaires humanitaires.

 

Liens : Téléchargez l'évaluation complète ici. Photos ici. Matériel vidéo ici.

 

                                                                               #              #              #

 

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) œuvre depuis plus de 70 ans pour éliminer la faim dans le monde. Son objectif est de parvenir à la sécurité alimentaire pour tous et de leur garantir un accès régulier à une alimentation suffisante et de bonne qualité pour mener une vie saine et active. Avec plus de 194 États membres, la FAO travaille dans plus de 130 pays.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies - sauver des vies dans les situations d'urgence et changer la vie de millions de personnes grâce au développement durable. Le PAM travaille dans plus de 80 pays à travers le monde, nourrissant les populations prises dans des conflits et des catastrophes, et instaurant les bases d'un avenir meilleur.

 

Suivez-nous sur Twitter : @FAOAsiaPacific@FAONews@wfp_fr@wfp_media@wfp_asiapacific@FAOAsiaPacific

Thèmes
République populaire démocratique de Corée Climat Sécurité alimentaire
Contact

Pour plus d'informations, veuillez contacter (adresse e-mail : firstname.lastname@wfp.org) :

 

FAO

Allan Dow, Bureau régional de la FAO pour l'Asie et le Pacifique (Bangkok)

+66 2697 4126, allan.dow@fao.org

Peter Mayer, Relations avec les médias, FAO (Rome),

+39 06 570 53304, peter.mayer@fao.org

 

PAM

James Belgrave, PAM/Pyongyang, tél. +66 2655 4115

Kun Li, PAM/Bangkok, Tél. +66 845558994

Frances Kennedy, PAM/Rome, tél. +39 346 7600806