Skip to main content

Depuis une dizaine d'années, le Programme alimentaire mondial (WFP) utilise de plus en plus les transferts monétaires en complément à la fourniture de vivres pour apporter une aide aux personnes démunies. En 2017, le WFP a fourni 1,3 milliard de dollars en transferts monétaires, contre 880 millions de dollars l'année précédente. Cela représentait 30 % du portefeuille de l'organisation. Lorsque les marchés fonctionnent et que les conditions locales sont favorables, les transferts monétaires constituent un outil efficace pour accélérer les progrès vers la Faim Zéro et atteindre les Objectifs de développement durable d'ici à 2030. Ils réduisent les coûts liés à la fourniture de l'aide alimentaire, permettant ainsi de toucher un plus grand nombre de personnes. 

Les transferts monétaires font partie d'une solution intégrale pour permettre au WFP de répondre plus rapidement aux besoins des personnes qu'il sert. Ils apportent flexibilité et souplesse à l'assistance traditionnelle, en permettant au WFP de passer rapidement des espèces aux vivres et vice versa. La décision d'opter pour l'un plutôt que l'autre dépend du contexte local. Ces transferts se déclinent sous plusieurs formes,des billets de banque traditionnels et virements bancaires aux bons d'achat en passant par des plateformes électroniques plus novatrices telles que la carte intelligente ou l'argent mobile. Pionnier en matière de développements technologiques, le WFP innove en créant de nouveaux moyens d'apporter de l'assistance. Par exemple, avec le soutien de son Accélérateur d'innovation, le WFP pilote l'utilisation de la technologie blockchain pour distribuer une assistance en espèces aux réfugiés syriens dans le camp de réfugiés d'Azrak en Jordanie. 


Les avantages des transferts monétaires, quelle que soit leur forme, sont multiples. Lorsqu'ils sont déployés dans le bon contexte, ils permettent aux personnes de faire des choix sur leur alimentation, ce qui entraîne des régimes plus diversifiés et une nutrition améliorée. Ils peuvent améliorer l'accès à la nourriture et contribuer à réduire le besoin de recourir à des stratégies de survie préjudiciables, telles que la vente d'actifs de production pour acheter des vivres.

En outre, les transferts monétaires ont un effet multiplicateur notoire sur l'économie locale. En permettant aux personnes d'acheter des vivres au niveau local, ils peuvent contribuer à renforcer les marchés locaux, à encourager les petits exploitants à être plus productifs et à renforcer les capacités nationales, même en période de crise. Des études récentes ont montré que 1 $ US distribué en espèces à un réfugié ou une personne vulnérable se traduit par 2 $ US environ dans l'économie locale. Entre 2012 et 2016, les transferts monétaires du WFP ont injecté environ 2 milliards de dollars US dans l'économie en Turquie, au Liban, en Iraq, en Jordanie et en Syrie dans le cadre de la réponse à l'urgence syrienne.

Les transferts monétaires peuvent également être intégrés plus largement aux systèmes de protection sociale et aux filets de sécurité. Dans les pays où les systèmes de protection sociale sont inexistants ou peu développés, en particulier, le fait de déployer les programmes de transfert monétaire du WFP peut contribuer à soutenir leur création et leur renforcement. En Équateur, le programme monétaire d'urgence du WFP en réponse au tremblement de terre de 2016 a joué un rôle déterminant pour renforcer le système national de filets de sécurité

19,2 millions
de personnes aidées par le biais des transferts monétaires en 2017
US$ 1,4 milliards
sous forme d'espèces ont été transférés par le WFP dans 61 pays avec 98 opérations en 2017 (49 % d'argent non restreint)
30%
du portefeuille du WFP dédié à l'aide alimentaire est maintenant fourni en espèces