Skip to main content

Bien qu'ils produisent la plus grande partie des denrées alimentaires dans le monde, les petits agriculteurs sont eux-mêmes exposés à l'insécurité alimentaire : au niveau mondial, ils constituent la majorité des personnes vivant dans la pauvreté. Il est essentiel de les aider à augmenter leurs revenus et à améliorer leurs moyens d'existence pour développer des systèmes alimentaires durables, promouvoir la sécurité alimentaire et parvenir à la Faim zéro.

Le Programme alimentaire mondial (WFP) est bien placé pour contribuer à ce processus. Grâce à notre forte demande en denrées alimentaires de base, à nos processus d'approvisionnement gérés par les agriculteurs et à nos chaînes d'approvisionnement locales, de nombreux petits agriculteurs bénéficient maintenant d'un point d'accès aux marchés formels. Encouragés à former des associations, ils sont capables de mieux négocier, de vendre plus, de diminuer leurs coûts de transaction et d'élargir leur clientèle.

Mais les petits agriculteurs continuent à être confrontés à de fortes contraintes. Certains ne parviennent pas à produire suffisamment pour subsister durant la saison creuse. D'autres peuvent générer un petit excédent, mais ont du mal à réaliser des profits. Dans l'ensemble, les petits agriculteurs n'ont pas accès aux facteurs de production et au financement.La gestion post-récolte, notamment le stockage, est souvent inadéquate : les cultures sont exposées aux moisissures, à la pourriture et aux nuisibles. En même temps, les phénomènes météorologiques de plus en plus extrêmes ajoutent au défi : souvent tributaires de l'agriculture pluviale, les petits agriculteurs sont impuissants face aux aléas climatiques.

Face à ce constat, WFP a mis au point des modèles combinant de solides partenariats, des solutions novatrices et un accompagnement adapté au contexte des petits exploitants et de leurs gouvernements nationaux, avec un impact systémique sur les chaînes de valeur et les systèmes alimentaires au sens large. Ces efforts ciblent à la fois les agriculteurs et les agricultrices : des recherches suggèrent que si les agricultrices avaient le même accès aux ressources productives que les hommes, l'augmentation des rendements pourrait mettre jusqu'à 150 à l'abri de la faim.

Nos programmes destinés aux petits agriculteurs incluent Purchase for Progress (P4P) et la Farm to Market Alliance axée sur le secteur privé, qui encouragent tous deux les investissements qui rapprochent les petits agriculteurs des marchés, contribuent à diversifier leurs cultures et élargissent leurs perspectives commerciales. Une autre initiative, Home-Grown School Feeding, a pour but de fournir les aliments destinés aux réseaux nationaux de repas scolaires à partir de la production domestique des petits agriculteurs. Dans le cadre du programme Africans for Africa, géré en partenariat avec la Food and Agriculture Organization des Nations unies (FAO), nous mettons en lien la demande des institutions publiques du continent avec l'offre des petits exploitants locaux et des associations agricoles. Tous ces programmes complètent nos formes existantes de soutien aux communautés agricoles les plus vulnérables et les plus exposées à l'insécurité alimentaire - qu'il s'agisse d'assistance alimentaire, de formation et de création de biens communautaires, ou d'approches axées sur le climat comme la Rural Resilience Initiative (R4), Food for Assets et Cash for Assets.

Dans l'ensemble, quelque 2 millions de petits agriculteurs dans plus de 60 pays bénéficient de notre travail de développement des marchés agricoles. L'objectif est de renforcer et de maintenir leur capacité à commercer, tout en aidant les gouvernements à concevoir des politiques qui tiennent compte de leurs intérêts. Ces efforts coordonnés contribuent à transformer les bénéficiaires de l'aide alimentaire d'aujourd'hui en producteurs alimentaires de demain.

2 millions
est le nombre de petits agriculteurs qui bénéficient de notre travail de développement des marchés agricoles
Plus de 60
est le nombre de pays dans lesquels nous travaillons avec de petits exploitants

Guatemala: Une histoire de résilience