Skip to main content

Le Programme alimentaire mondial (WFP) entretient depuis longtemps des partenariats avec des groupes de réflexion et des universitaires spécialisés dans divers domaines.

Les organisations impliquées dans la préparation aux situations d'urgence, la nutrition, la sécurité alimentaire, les filets de sécurité,la gestion de la chaîne d'approvisionnement et la logistique, ainsi que la santé publique et le développement agricole, apportent leur savoir-faire unique pour aider à ouvrir la voie vers un monde sans faim. Bon nombre de ces partenariats sont établis sur des bases géographiques, centrés sur la recherche propre à une région particulière.

La collaboration avec ces partenaires spécialisés offre au WFP une plateforme unique lui permettant d'apprendre et d'appliquer les recherches les plus récentes à des défis concrets en matière d'aide humanitaire et de développement. Ceci est vrai pour les nombreux partenariats focalisés sur les données d'alerte précoce, dans le cadre desquels le WFP peut bénéficier immédiatement des analyses et des outils partagés par les organisations en question en cas de crise. Le WFP, pour sa part, grâce à sa solide présence sur le terrain et à ses liens avec les communautés, permet aux chercheurs d'établir un lien avec les interventions sur le terrain.

La recherche découlant de ces partenariats permet de maintenir les questions relatives à la faim et à la nutrition à l'ordre du jour mondial, en influençant les décideurs politiques aux niveaux mondial, national et régional. Les résultats de la recherche permettent de sensibiliser, de faciliter la mise en œuvre de politiques fondées sur des données probantes et d'orienter les programmes dans des domaines allant des changements climatiques à la résilience.

Environ 16 % de l'ensemble des partenariats du WFP sont des partenariats avec des universités et des groupes de réflexion. Parmi les organisations avec lesquelles nous collaborons figurent l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), l'Institut fédéral suisse de technologie, le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme et la National Aeronautics and Space Administration (NASA).