Skip to main content

Face à une situation d'urgence ou à l'insécurité alimentaire structurelle, l'information peut sauver des vies.

Qui sont les personnes exposées à l'insécurité alimentaire ou vulnérables ? Combien sont-elles ? vivent-elles ? Pourquoi sont-elles exposées à l'insécurité alimentaire ou vulnérables ? Comment la situation est-elle susceptible d'évoluer et quels sont les risques qui les menacent ? Un réseau de plus de 150 analystes dans le monde cherche à apporter des réponses à ces questions clés, guidant les travaux d'analyse de la sécurité alimentaire du Programme alimentaire mondial (WFP), appelé Analyse et cartographie de la vulnérabilité (VAM).

Grâce aux analyses et au suivi, WFP fournit des informations concrètes sur la sécurité alimentaire pour chaque pays dans lequel il intervient. En combinant les méthodes d'évaluation traditionnelles et les technologies de pointe, WFP est en mesure d'identifier les populations touchées par l'insécurité alimentaire dans le monde, et d'en déterminer les causes sous-jacentes.

WFP travaille en étroite collaboration avec les gouvernements nationaux, les partenaires des Nations Unies et les ONG pour orienter les politiques et programmes adoptés pour lutter contre la faim dans différentes circonstances. Les données économiques et géo spatiales ainsi que les informations concernant la vulnérabilité des ménages sont analysées. Un tableau de la situation en matière de sécurité alimentaire est ensuite dressé. La conception des opérations du WFP se fait à partir de ce tableau.

Les analystes de la sécurité alimentaire du WFP procèdent à un large éventail d'évaluations en face-à-face, dont des évaluations « de base » (appelées également Analyses complètes de la sécurité alimentaire et de la vulnérabilité, ou CFSVA) et des évaluations de la sécurité alimentaire (EFSA) dans les situations d'urgence à retardement ou soudaines comme les ouragans, les inondations, les sécheresses et les situations de conflit. Les rapports EFSA offrent un panorama de la situation en matière de sécurité alimentaire et sont régulièrement mis à jour.

Les évaluations de la sécurité alimentaire prenant du temps, elles sont complétées par un suivi permanent pour suivre l'évolution de la situation des populations en matière de sécurité alimentaire, permettant ainsi un ajustement des programmes. Ceci inclut le recueil d'informations sur la consommation alimentaire, les revenus des ménages, les stratégies de survie en période difficile et les prix pour comprendre comment la saisonnalité affecte la sécurité alimentaire.

Pour recueillir des données sur la sécurité alimentaire dans des zones trop isolées ou dangereuses pour les évaluations en face-à-face, ou lorsque des données de haute fréquence sont nécessaires pour suivre l'évolution d'une situation, le WFP recourt à la cartographie et l'analyse de la vulnérabilité par téléphonie mobile, ou mVAM. Cette approche utilise la technologie mobile comme les SMS, la Réponse vocale interactive (RVI) ou les appels directs pour toucher les populations vulnérables et suivre l'évolution de la sécurité alimentaire en temps réel. Le mVAM utilise également un système de communication bidirectionnelle automatisé qui permet aux gens d'accéder gratuitement aux informations les plus récentes.

Le WFP procède également à des évaluations de la sécurité alimentaire en collaboration avec des partenaires, tels que les gouvernements, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le HCR, l'UNICEF et des ONG internationales et nationales. L'une des plateformes importantes où sont utilisées nos données sur la sécurité alimentaire est la Classification intégrée par phase (CIP), une initiative mondiale pluri-agences et plurisectorielle fondée sur un consensus technique entre les partenaires.

555
évaluations approfondies depuis 2001
59
pays dotés de systèmes de surveillance de la sécurité alimentaire
Plus de 20 000
enquêtes mensuelles réalisées à l'aide du mVAM